Le pop surréalisme, le low brow sur un plat d’or !

L’histoire de l’art est émaillée des retards que nous mettons à reconnaitre, puis à encenser un mouvement. A accepter de nouvelles perspectives, de nouveaux thèmes et de nouvelles technologies au service d’une même expression. Aussi les artistes doivent-ils batailler fermement avant de pouvoir exposer, vendre, surtout si leurs œuvres décalées remettent en cause un establishment. C’est le cas du pop surréalisme, un mouvement né dans la mouvance des années 1980, dans le sillage de l’artiste Robert Williams. Le lowbrow, qui désignait primitivement ce courant, c’est le sans culture, voire sans cerveau !!! Une ironie mordante et un coup d’épingle aux autorités de l’art qui boudaient les toiles surprenantes de cet artiste hors paire.

Sans culture et sans cerveau, ce ne sont pourtant pas les caractéristiques qui viennent à l’esprit quand on déambule dans l’exposition Les enfants terribles, qui se tient à Lyon jusqu’en décembre ; On y trouve des artistes divers, à l’expression picturale très très affirmée et émergeant des 4 coins de la planète. J’y ai retrouvé avec plaisir Jeff Soto  et ses thèmes introspectifs et récurrents, son univers surréel proche de l’animation asiatique, et Odö, plus proche du street art. J’y ai découvert deux artistes qui m’ont retournée littéralement : Naota Hattori, et ses détournements somptueux de thèmes baroques et religieux, et Ray Caesar, peintre numérique à l’imagination remarquable.

Ce qui frappe dans l’ensemble des tableaux exposés, c’est l’imagination révolutionnaire, mais aussi la maitrise totale de la pratique, qu’il s’agisse du dessin comme avec Robert Crumb, ou de la peinture, et la réutilisation de techniques picturales inspirées des plus grands maitres anciens. C’est notamment le cas de Naota qui crée des tableaux patinés et dorés comme des icônes avec un savoir faire incroyable. Humour, revendication politique, mais aussi explorations savantes du monde de l’inconscient sont les marqueurs de ce parcours incroyable qui invite à laver ses yeux et à décaper son esprit pour goûter pleinement cetye immersion en art nouveau !!!!

C’est aussi l’occasion de constater encore l’universalité de l’expression artistique qui reste décidément le meilleur moyen de franchir toutes les frontières !

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Mon réflex et moi, univers d'images, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.