L’oeil intérieur

Pendant onze jours, j’ai expérimenté un corps à corps, corps à esprit avec moi-même. Privée de l’usage de mes yeux, égarée dans les délires morphinomanes due à la prise en charge de ma douleur, j’ai vécu sans regard et sans mots. L’œil, au propre comme au figuré, tourné vers l’intérieur,  vers le noir lumineux caché sous mes paumières, le corps plié dans la position prescrite (assise, le visage collé sur la droite), sans bouger pendant des heures ! Une telle expérience est extrêmement proche de la méditation. Elle vous laisse en effet entre deux alternatives restreintes : Soit un refus, une rébellion de l’esprit s’affolant et battant aux quatre coins de sa prison, refusant la rigidité et le diktat imposés. Soit, un lâcher prise accompagnant la respiration ventrale, le relâchement progressif des muscles, un abandon au mal pour le laisser filer.

Pendant ce temps, j’ai appris ainsi à à regarder différemment. Par l’exacerbation de mes sens captivés par ce travail intérieur(ma respiration, le moindre frôlement de la main sur le tissu, le bruissement des cheveux sur l’oreiller), et la captation affamée, pointue des sons alentour : chant du parquet de chêne murmurant comme un corps fatigué, craquements des murs, bruits de pas, symphonie des voix et des percussions de la rue.

Puis, la musique, courant à fleur de mes veines et de mes nerfs, habitant le moindre frisson, rallumant de ses ondes ma vitalité mise à mal. Jamais la tessiture d’une voix, sa raucité, sa chaleur n’auront-elles revêtu de pareilles couleurs : bronze éteint, écarlate, vert mentholé des jeunes inflexions de la voix de mon fils. Caramel doré, bleu azuré des intonations de ma fille, dessinant par ses mots un tableau que je pourrais vous peindre du bout d’un doigt, si seulement j’en avais la force !

De la nuit vers le jour, ce lent parcours pour retrouver ma vue écorchée au bout d’une rétine rétive, m’apprend beaucoup ! Initiation orphique, descente vers mon moi profond, mais aussi, apprendre à se libérer d’un regard extérieur, qui n ‘est qu’un miroir au milieu de toutes les visions possibles….

Et j’attends maintenant le retour du printemps….

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Chronicolettes, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour L’oeil intérieur

  1. Didier dit :

    On l’attend avec toi (enfin, pour toi !) mais une fois que tout ira bien, il serait dommage de ne pas s’adonner à la pratique de la méditation ! Ce sera d’autant plus facile qu’il y aura alors l’inquiétude en moins. Dans la quiétude, on apprend même à ne plus écouter. On peut sentir… ou rien, et vivre sans aucune perception est encore autre chose, une repos « effroyable »…

    J'aime

  2. Phédrienne dit :

    Didier, je suivrais ce conseil avisé avec plaisir….

    J'aime

  3. Muy hermosos los sentimientos y la descripción de ese estado de interiorización del dolor.Para una artista estar privada de la visión es terrible aunque sea algo pasajero. Gracias por compartir esos sentimientos de una forma tan poética….hasta las voces de sus hijos tienen todos los colores posibles.Très, très jolie. Votre article ma touché au vif, je vecu une expérience pareille, Excusez mon français, Phédrienne

    J'aime

  4. Phédrienne dit :

    Bonjour Barbara
    Acudo a un traductor, no teniendo por desgracia el conocimiento de su lengua por muy bella. Gracias por su lectura profunda y su escucha, me toca; ¡ deseé compartido esta experiencia porque es portadora de esperanza, para decir así como cuando se es artista, hay que serle a pesar de todo!
    ¡ Gracias por su visita Barbara!

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.