Nostalgic song

Il reste encore un peu de l’écho de nos voix,

A peine accroché sur quelques branches, là-bas.

Sur son grand lit de brume, la montagne couchée,

Ecoute doucement sur ses flancs ruisseler,

La grande pluie rieuse, enjôleuse et rouée,

Qui descend en roulant les pierres des sentiers.

J’ai au creux de ma paume l’empreinte d’une fleur

Et sur mes deux épaules, du soleil, la tiédeur,

Au cœur, une guitare qui se plaint doucement,

Et des champs de narcisses offerts à tous les vents,

Le grand lac d’azur en serrant de ses ondes,

Nos rêves qui s’acharnent à recréer le monde….

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s