Le temps suspendu

Accroché à ses boucles blondes

Où l’enfance s’attarde un peu,

A sa moue charmante et ronde,

A son regard,où tremblent encore

Des petits bouts de rêves,

Le terreau de ses jeux,

Dans la terre et le sable,

Les jardins et le creux

D’un arbre sec et rare

Où se cacher à deux,

Je m’immerge au temps doux,

Des bonbecs et des contes,

Des jeux de cartes idiots,

Et des chansons qu’on crie,

Sous le vent et la pluie,

Pour se refaire un monde…!

Et dans la silhouette

Bien plus longue que moi,

Assise à mes côtés,

Une manette à ses doigts,

Je revois un instant,

Les fous rires en drapeaux,

Les gâteaux et les noix,

Cassées sous les talons,

Et les bouquets si courts,

Qu’en ouvrant ses dix doigts,

Des pétales de soleil,

Dessinaient leurs copeaux….

Publicités

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s