Vent d’est

Près de mon toit brûlant

Où les passions se couchent

En petits chats dormants

Dans leur odeur farouche

Souffle parfois un vent

Etrange et pénétrant

Où la brise se glace

En éclats de diamants

Lors mon esprit se perd

Entre âme et raison

Et si je deviens sage

C’est une déraison

Les prémisses d’un orage

Ou une contrefaçon

Entre l’est et le sud

Je cherche ma maison

Et du feu le sillage

Et de l’eau la saison….

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article a été publié dans Les poésies de Colette. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s