Au bas de ma maison

 

Au bas de ma maison, la nuit s’est couchée

Comme une amoureuse fatiguée

Les longs rubans bruns de sa chevelure

Retiennent enlacées

Les chevilles des immeubles fatigués

Et ses longs doigts pointus

Aux ongles de brume et d’étoiles

Griffent en vain l’asphalte mouillé

Pour y allumer quelques éclats micacés

 

Au bas de ma maison, la nuit s’est arrêtée

A peine un filet de son souffle mouillé

Murmure à mon oreille ses mots filés

Loin derrière les nuages

Sortant d’un long sommeil

Fort  et dur et brûlant

Un bien mâle cortège

Lance ses faisceaux blancs

Et la princesse noire s’en va musant…..

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Au bas de ma maison

  1. J’aime….ces jeux de mots, la beauté pure de ce poème

    J'aime

  2. Phédrienne dit :

    Que je suis ravie de partager avec toi ….:)

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s