A l’heure où les chats ne sont plus gris !

A l’heure où les chats ne sont plus gris

Le soleil a mordu les toits

Et je m’en suis léché les doigts !

Un peu d’orange sanguine

De figue brune et de fraises séchées

Ont laissé sur mes lèvres

Leur chaud parfum sucré.

Puis j’ai cueilli bien vite

Par la fenêtre ouverte

Un long flot de soie bleue

Douce comme un baiser.

Un matin sur la ville

De braises rubescentes

Et de saveurs soufrées

A goûter en urgence

Avant que le matin

Ne pose son manteau

Trop blanc !

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour A l’heure où les chats ne sont plus gris !

  1. « Le soleil a mordu les toits »… La photo avec le ciel orange exprime votre sentiment. La parole et l’image en vous vont pareils. Seguro que a estas horas he puestos faltas. Bises.

    J'aime

  2. Phédrienne dit :

    Bonjour Barbara
    Vous touchez le coeur de ce qui lie chez moi les mots et la photographie; Un langage totalement commun qui emprunte seulement d’autres moyens, mais qui doit résonner en couleurs, depuis Rimbaud, on sait bien que même les voyelles en ont !:)

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s