Elle court…

Elle court ma plume, de marée en voyage

Elle court, pendant qu’un piano sourd

Saupoudre ses notes sucrées

Parfois, je regarde mes mains voler

Comme des fleurs ivres

Dessiner, malhabiles leurs volutes de mots

Besoin pressé, pressant de matière et d’orgie

Voyelles habillées de leurs capes de soie

Prismées de noir et de feu,

De blancheur et de gris ardoise

J’écris, comme il pleut,

Comme le vent fait chanter la mer

Et personne ne sait ce qu’il veut,

J’écris,  pour que tout fasse sens et non sens,

Apprentie musicienne à couacs et à rebonds !

Elle court ma plume, inusable et fantasque

Mâchant à bouchées pleines des rames de papier,

Et le piano semble bien s’en moquer

Quand ces arpèges viennent claquer,

Leur point final, à mes folles envolées !

 

 

Publicités

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Elle court…

  1. Seulement bonne nuit! Et bravo!!!

    J'aime

  2. Phédrienne dit :

    Seulement bonjour alors 🙂 Et merci !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s