Les griffes du diable

Si, portant ses griffes à mon cou

Un petit diable vient graver

De ses éraflures sanglantes

Le pli de ma gorge angoissée

Je resterais vivante….

Je veux être marquée

Eraflée de signifiances

Meurtrie de cris et de sens

Je veux tout sentir et vibrer

Tout, plutôt que le silence

Le froid qui devient si pressé

Parfois de poser ses instances

Moi, je préfère brûler….

Mais toujours sans pénitence

Et juste une larme jetée

Sur mes pas de déshérence

Quand je transhume sur le papier

En quelques pas de désinences

Je veux dans ce bal valser

Sur mes syllabes et mes fréquences

Avec un sourire moiré

D’encre couleur d’espérance…

 

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.