Comme des bonbons

 

 

1731 réduit

 

Comme des bonbons

Roulant par gourmandise,

Dans ma bouche ingénue,

Bravant l’indifférence

Et le silence des agneaux,

J’écris des mots,

Parce qu’au fond

Je ne sais rien faire d’autre !

Tricotant,

Maille après maille,

Des nasses incertaines

Où de curieux poissons glissent !

Cela n’a pas de sens,

Ca puise  à fleur de ventre,

Ce si curieux cordon,

Qui ondule,

Hypnotique serpent !

Une éjaculation de mots

Fleurissant ….

 

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Comme des bonbons

  1. Quand les mots prennent nos sens pour les émouvoir ils agissent comme le buvard qui absorbe dans toute son épaisseur la trace qu’il étale recto verso

    J'aime

  2. Françoise dit :

    Sur FB je les ai appelés des « smarties martiens » mais je n’avais pas encore lu le texte ….. je me sens en phase maintenant ;o) ….. et puis les mots qui tricotent et qui éjaculent , moi j’aime bien ;o)

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s