Piano solo

 

Juste une note en sourdine

A peine audible

Pour une fois, j’ai le spleen

Une petite grise mine

Qui sourit en catimini

Trotte menu, petite souris

Qui cafarde en clef de sol

Et rate ses bémols….

 

Je l’attraperai par la queue

A qui mieux mieux

Et lui tremperai son museau

Dans un p’tit seau

Plein de fleurs et de bulles

Et de lumières majuscules

Même avec un cœur en virgule

J’écris encore mes bidules

Pour tisser de soie et de plumes

Ma petite tête de funambule…

 

Juste une note en sourdine

Qui muse, traine et serpentine

Son petit air piano solo

Et puis se tait….

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Piano solo

  1. même en sourdine nous entendons sur ces lignes ces lumières majuscules

    J'aime

  2. baribaud dit :

    tres joli texte colette ! comme dab ! Il faudra qu’on en reparle , mais j’ai tres envie de mettre en musique certain de tes poemes . Histoire d’en faire des ptites chansons . warum nicht ? des bises

    J'aime

    • Phédrienne dit :

      Bonjour Laurent (vais pas t’appeler Baribaud, non mais ) ! je suis partante, moi, à condition que tu me les fasses entendre, pour le plaisir de mes petites oreilles !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s