Qu’est-ce que je donnerais pas pour être au chaud !

3489

Ce matin, postée à mon habituel poste de vigie (debout derrière la fenêtre en aplomb sur la rue noire), j’ai regardé le dernier matin deux-mille douziesque, à l’heure où tout le monde ou presque dort. Moi, j’adore être levée à ce moment là, sans âge, où le jour chatouille la nuit sous les bras pour qu’elle s’en aille, et qu’elle ne veut pas !

Il y avait un trainard alcoolisé titubant devant le camion poubelle, fêtard rescapé des étoiles ou pauvre bougre égaré, bipède en tout cas qu’un quartier de lune narguait encore. Et j’ai eu un éclat de froid dans mon cœur, un peu comme dans l’histoire de  la reine des Neiges, un petit truc niché au mauvais endroit, là où on finit toujours par se demander ce qu’on fiche là. Alors j’ai regardé la couleur de la nuit. Vous savez, celle qui change tout le temps. Hier, elle était épaisse et ouatée, dodue. Ce matin, son encre se délaie peu à peu, se voile de violet et de gris, un tissu de robe ancienne, taffetas ou satin bouffant sur les épaules du matin…

J’ai pensé à ce que je ferais aujourd’hui, et qui n’a de sens que par le partage avec les miens. Je l’ai écrit déjà, je n’aime pas les dimanches ni les festivités, c’est comme ça. Je préfère la fête du jour ordinaire qui ne l’est jamais, l’heure extravagante où on fait ce qu’on veut, la minute de l’insolite et la seconde de l’orgasme, c’est comme ca ! J’ai pensé que la seule chose dont j’avais envie était d’être au chaud, au chaud dans la pensée et le cœur de quelqu’un, mais alors vraiment ! Tout comme je porte dans ma chair, et incrustée dans mes synapses, l’odeur, la trace, l’empreinte de ceux que j’aime. J’ai pensé que je désirais plus que tout incarner ça ! L’amour vivant, vibrant dans le plus petit de mes ongles, porté par mon regard comme on tend une main, la voix, l’oreille prêtée à tout, le crayon de la vie dessinant en commun les contours de l’histoire ! J’ai pensé que je voulais encore changer le monde, et ça m’a rassurée ! Folle que je suis, mais qui crois à fond dans le pouvoir de cette volonté !

J’ai pensé que c’était ça, être postée vibrante sur le point du jour : avoir envie ! Et dans cette envie dansante, fougueuse, j’ai prélevé un petit croissant de lune, que j’ai trempé dans mon café !

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Billets et autres textes/Prose toujours !, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Qu’est-ce que je donnerais pas pour être au chaud !

  1. L’amour est cette énergie de la certitude même dans le doute

    J'aime

  2. Manduleen dit :

    « J’ai pensé que la seule chose dont j’avais envie était d’être au chaud, au chaud dans la pensée et le cœur de quelqu’un, mais alors vraiment !  »

    Oui voilà… être au chaud… exister, tout simplement 🙂

    J'aime

  3. Folle que je suis… Maravillosa locura. Hay una frase que me gusta muchísimo: « el lápiz de la vida dibujando en común los contornos de la historia » ¡ Fantástica frase!

    J'aime

    • Phédrienne dit :

      Ce tout petit grain de folie qui n ‘en finit pas d’habiter merveilleusement certaines têtes, et qui fait chanter crayon et pinceau, comme les tiens !
      Bisou Barbara

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s