Du vent dans les voiles…

Vous voulez que je vous dise ? Moi, j’aime bien être surprise….Découvrir au détour d’un coin de rue inconnu, une façade amusante, un lieu incongru. Regarder par la brèche d’une clôture,   goûter à des trucs bizarres, surprendre mes sens et exploser mes émotions…et je sais que pour cela, il faut sortir de son chez soi intérieur ; vous savez, ce petit truc vicieux qui vous fait aller spontanément en lieu de connaissance et préférer les tacites connivences au danger de la découverte ! Donc, il faut secouer la poussière et prendre des risques, abandonner les routes balisées au profit de chemins incertains et  parfois un peu bancals…RESPIRER !

Et regarder tout près de chez soi la face cachée de la vie ; ce que l’écriture m’a appris et la photo plus encore, c’est que la seule chose qui soit ordinaire dans notre vie, ça peut être notre regard, quand on le laisse s’ankyloser.  Donc, réveillons-nous, partons à la découverte et partageons, vous voulez bien ?

C’est aussi pour cela que sur ces pages, sauf exception, vous ne trouverez pas ou peu de liens de gens très connus, ou de trucs à la mode : je préfère proposer des profils différents, originaux, sensibles et sincères, et assumer par là même ma propre subjectivité.

Ces pages restent donc ouvertes à vos suggestions  et à vos trouvailles ; c’est à cela que doit servir un réseau : tisser une toile de sens où perlent la fantaisie, la création,  et la liberté de choisir !

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Billets et autres textes/Prose toujours !, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

13 commentaires pour Du vent dans les voiles…

  1. Belles intention pour l’ánnée qui comence! Promis: je essayere de secouer la poussière et de chercher chemins non balisées…. pour pouvoir choisir tes pages, pour pouvoir goüter la fantasie de ton monde riche et merveilleuse…

    J'aime

  2. l’accent circonflexe de goûter est mal écrit, Je suis desolée, encore je suis bête… pas tout le temps…

    J'aime

  3. Moi aussi, j’aime à être surprise et lire des histoires extraordinaires à travers les choses d’apparence banale. Tu ne m’as jamais déçue, continue ainsi

    J'aime

  4. Phédrienne dit :

    Pour Barbara,
    Là, je rougis !!!! 🙂 Viva el buen humor !

    J'aime

  5. Tu vois. tú haces muchos progresos en español !!! Bisous.

    J'aime

  6. Laurence dit :

    Belle année 2013 à toi, Colette !
    Les années passent, et parfois, souvent, elles éloignent les uns et les autres… Un événement, un souvenir qui surgit sans qu’on s’y on attende, l’arrivée d’une année nouvelle,… offrent l’opportunité de faire un signe. Je prends donc le risque « de secouer la poussière  » et de t’envoyer ce message finistérien, en espérant qu’il trouve une toute petite place dans ton réseau.
    Bonne journée
    Laurence

    J'aime

    • Phédrienne dit :

      Bonjour Laurence
      Moi, je suis toujours ravie d’avoir de tes nouvelles et il n’y a donc guère de poussière à soulever ! Il y a donc de la place et largement dans mon petit réseau !
      A bientôt Laurence !

      J'aime

  7. rechab dit :

    Sans faire un pli,
    J’étends mon voyage
    Aux mailles du corsage,
    Objet du délit

    Je suspends mes sens,
    Miroirs en lie de folie,
    Intérieurs en vie dé-polie
    Détours d’adolescence.

    Je goûte à tes trucs bizarres,
    Le sirop d’espérance
    Un lieu de reconnaissance,
    Dévoilés, sans crier gare !

    Tu dis « danger de la découverte »…
    En abandonnant les routes balisées..
    ( je délaisse donc les Champs Elysées)
    pour les chemins creux et la main verte.

    Le soi intérieur, en habits de soie,
    A gorge déployée tu vas respirer
    S’il te reste un souffle d’air, pour soupirer
    Soyons soyeux et joyeux à la fois…

    Le regarde par la brêche d’une clôture,
    Et te si vois belle en abandon
    Que mon regard n’exige aucun pardon,
    … L’hiver présent, oublie ses froidures.

    J'aime

    • Phédrienne dit :

      De nul danger ne se détourne
      Celui qui va, sans abandons
      Chercher les chemins d’aventure
      Dépasser les champs de coton

      Tout vaisseau a ses voiles nues
      Portées au vent de ses intrigues
      De ses errances et illusions
      Où le vent souffle sans parures

      Dans le grand chemin d’horizon
      Où je gîte sans une armure
      Je me désancre des hameçons
      Et fait à la vie belle figure…

      Merci pour ce poème partage Rechab !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s