Dada,quand tu nous tiens! (les poètes, c’est pas sérieux!)

J’ai rêvé qu’une baignoire dansait dans mon salon

Blanche longue  et ventrue, sur ses quatre pieds ronds.

Elle dansait, je vous jure, une gigue féroce,

Devant mon canapé muet et moribond.

Sous mon toit agité de vents doux et futiles,

Il se passe des choses que je ne saurais fuir :

La cheminée murmure et parfois il s’y pose,

Un long chant de pigeon, je vous l’ai déjà dis !

Les portes en bâillant se ferment à leur gré,

Le parquet acajou parle son propre langage,

Les robinets s’amusent à couler sans merci,

Et je me sens parfois une imprudente intruse,

Au milieu des objets qui ont leur propre loi !

Les poètes l’ont chanté mieux que ma propre lyre,

Je ne peux que jeter à vos têtes mes délires !

Rêve tout éveillé, élucubration pleine,

D’un cerveau échauffé de délirants émois.

Je souris au reflet que m’offre en tapinois,

Mon miroir en clin d’œil à mes piteux effrois,

Et m’en vais chez Descartes chercher de la raison,

Pendant que le printemps se cogne à mon plafond !

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Dada,quand tu nous tiens! (les poètes, c’est pas sérieux!)

  1. ¡Bravo, bravo y olé!!! Excelent Phédrienne. J’adore ça. Bisousxxl.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s