Colette et la vraie vie …petite philosophie du boudoir, acte XXI

Il m’arrive assez régulièrement, de prêter l’oreille (j’adore cette expression, prêter l’oreille !) aux rumeurs, brouhahas et agitations médiatiques autour de moi. J’y ai découvert avec amusement, et en écoutant aussi certains élus, le plaisir d’entendre parler des « vraies gens » et de la « vraie » vie. Ah ça, c’est un concept, qui laisse rêveur ! Il y aurait donc, ne nous en déplaise, dans ce vaste monde, une superposition de vies : l’une, centrée autour des « vraies » gens, lesquelles parlent « vrai », ont des occupations et une « vraie » problématique de vie, et d’autres, coincées malencontreusement entre deux dimensions : celle, palpable, de leur réalité corporelle, indéniable, l’autre, moins vraisemblable, accrochée quelque part à une virtualité douteuse ; fausse vie ne répondant pas aux normes, activités à la marge, préoccupations marginales, bref, c’est compliqué !

Bon, si on laisse parler les données statistiques, les vraies gens représentent la majorité des mortels. Il y aurait donc une logique à souhaiter que ces vraies gens soient représentées convenablement dans les instances de pouvoir et de décision de tout système sociétal. Je n’ai rien à redire à cela, étant partisane de droits équivalents pour tous, et d’une vie où chacun pourrait devenir ce qu’il veut être, sans devoir souscrire à une obligation de classe ou de revenus.

Là où ça coince, c’est quand, comme un pêcheur tâtant du bout de sa canne sonde quelques hauts fonds, on cherche à approfondir ce que recouvre cette fameuse réalité, et à savoir ce qui caractérise ces vraies gens ! Aie ! Quelle déconvenue ! Si on en croit les médias et les élus politiques, les vraies gens parlent le langage de la rue (ah bon, laquelle ?), lequel se résume en gros à mille mots, n’ont que des préoccupations « ordinaires », et méritent tout au plus, qu’on les gratifie de télé réalité (une « vraie » télé ! ) où on les met enfin à leur « vraie » place !   Quel mépris au fond se dégage de ces schémas de pensée tout faits ! Quelle volonté aussi d’ignorer les différences, de compartimenter et ainsi, d’accroître encore les différences de classes, là où une seule humanité devrait exister dans sa diversité, sa pluri vocalité et sa liberté d’être !

Freud a voulu nous apprendre qu’il fallait se dégager de ses pulsions pour aborder le principe de réalité, mais je m’interroge aujourd’hui plus que jamais sur ce qu’est supposé être le monde réel : doit-on nous réduire à nos actes journaliers, quantifiables à priori ?  Doit-on nous qualifier au simple regard de ce que nous sommes ou paressons être à l’instant T, doit-on ainsi nous barrer la route d’un devenir aléatoire, mais où la somme des possibles ne peut avoir de total ? Comme toujours, derrière ces mots qui n’étonnent plus personne, se cachent des concepts que je trouve douteux !

Pour ma part, je revendique le fait de n’appartenir à aucun monde, ni à aucune classe, et je préfère à une supposée vraie vie, la coexistence de niveaux de vie multiples, conscientisés ou non, et irréductibles à toute forme de pourcentage. Je ne connais pas de vraies gens ! J’aborde mes frères humains dans leur complexe individualité, refusant de les assimiler, de les résoudre à une sur ou sous catégorie de l’humain ! Sans mépris de leur histoire, je fais confiance à ce qu’ils veulent être, à ce qu’ils pourront être demain, à ce que nous pouvons échanger sans soucis d’appartenir à une caste langagière ou à un quelconque autre clan !

Et préfère cent fois vivre suspendue dans un espace in qualifié que de rejoindre une définition univoque de la réalité.

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Le boudoir philosophique, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

10 commentaires pour Colette et la vraie vie …petite philosophie du boudoir, acte XXI

  1. longbull13 dit :

    Je partage ta pensée 😉

    J'aime

  2. Tout à fait d’accord!!! Faut pas codifier l’être. Superbe post. Bisous

    J'aime

  3. Je ne peux pas écrire, j’applaudis 😀

    J'aime

  4. RvB dit :

    C’est admirablement écrit, comme toujours, j’acquiesce de l’esprit et du cœur.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s