Madame la République

2630Au détour d’une place, tout près de Perrache, j’ai regardé cette dame. Posée, forte et superbe en sa pose altière sur un socle bien haut, pour que le tout venant soit obligé ma fois de relever la tête pour mieux la regarder. Perrache, vous savez, c’est le coin où les pouvoirs en place ont relégué d’autres dames de la république, moins glorieuses, et chassées du centre ville, avec leurs inconvenants camions. Où l’hypocrite chaland vient monnayer leurs talents si particuliers, loin des immeubles bourgeois.

Perrache, c’est le Lyon peu glorieux, loin du saucisson brioché, de la rosette et du tablier de sapeur ; loin du catholicisme fervent et des rodomontades ; Perrache, comme d’autres coins, c’est le Lyon caché sous les jupons de la dame sage, le revers des dessous de dentelle,  le linge…sale.

Dans sa gare, il y a pas mal de traînards  les déshabillés de la république,  justement, ceux à qui le laurier tendu du bout des doigts ne sourit pas.  Ceux à qui on ne concède plus d’identité, ce sont des SDF, autant dire des gens qui n‘existent pas, qui n’ont plus d’état civil, et partant, ceux à qui l’état ne dit plus rien du tout.

Alors cette matrone au front haut, plus proche de Minerve que de Vénus, qui nous tend son symbole de paix comme à regret, que nous dit-elle, à quoi nous incite-t’elle ? Son attitude solennelle plus guerrière que maternante ne me semble pas un appel à l’amour du prochain, on a les symboles qu’on peut.  Celui-ci est ancien déjà et commémore sans doute quelque page d’histoire, car Lyon est aussi le nid de l’anarchisme et de la révolte des canuts, il ne faut pas l’oublier.

Je verrais bien, moi, à cet endroit, statues iconoclastes, une de nos dames réputée de  petite vertu, ou la statue d’un de ces hommes dits déchus, ange décoiffé, déjanté, malmené.  Mais homme à plein temps. Un vis-à-vis qui remettrait peut-être du sens, à tout le moins de l’équilibre, dans la tête de Madame la République !

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Billets et autres textes/Prose toujours !, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Madame la République

  1. Anonymous dit :

    En tout cas haute ou basse madame la république a eu la chance d’être l’objet d’une plume intelligente comme la votre.
    J’admire votre talent.

    J'aime

  2. La RES publica cette chose du peuple dans sa 5éme version française est bien mal traitée quand elle devient corps constitué de servitude

    J'aime

  3. RvB dit :

    Toujours aussi juste dans le propos Phédrienne… J’acquiesce (presque) silencieusement.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s