Toi seul

C’est avec des mots que j’ai bâti du sable

Un chemin de fortune et de plumes de hasard

C’est avec un regard juste sorti du noir

Que j’ai peint un château fait de vent et d’atours

Je le savais fragile, existant pour un soir

Quelques jours glanés au joug de la raison

Est-ce une raison de pleurer ?

J’ai toujours su que tu t’en irais…

 

C’est avec ma folie tissée d’enfance dure

C’est avec ma foi aux ailes de fortune

Et ma naïveté qui croit au clair de lune

Que j’ai jeté aux quatre coins ma vie

Je ne regrette rien et pas un seul jour

Je ne médirais des couleurs de la vie

Puisque le cœur s’en va sous la peur et l’ennui

Je resterai avec mon rêve dans le creux d’une main…

 

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Toi seul

  1. Oui, reste avec ton rêve dans le creux de la main
    Ne crains pas de le perdre, il fera son chemin.
    Et de l’autre, à la plume, traçe de nouveaux demains
    de couleurs, de saisons, de rires et de sons.
    Continue ! Il est bon de croire aux clairs de lunes,
    où naissent en demi-ton des rêves et des passions.

    J'aime

  2. Au fond nous sommes toutes seules? J’aime tes mots… Bises

    J'aime

  3. Phédrienne dit :

    Pleinement d’accord Barbara mio !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s