Paresse

J’ai pris un zeste de soleil

Juste posé sur mes cheveux

Un gros nuage de paresse

Et des vagues, juste le creux

Que voulez-vous

J’ai l’esprit en errance

Le bon vouloir en nonchaloir

Accroché autour de mon cou

 

De mes pieds nus tâtant le sable

D’invisibles dunes étalant

Leurs si longues courbures de femmes

Sur mon plancher disparaissant

Je promène ma paresse

Immorale, pleine et parant

Le jour de sa languide grâce

Et même ma bouche en fleur fermée

Retient les mots que je ne saurais donner

Un fruit après l’autre, gardé

Dont le goût amer et sucré

Glisse pour rien, sur mon palais…

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Paresse

  1. La mer, le soleil, les dunes et ton paysage intérieur palpitant, face à face la vie. J’aime beaucoup. Merci pour ce partage. Bises.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s