Pourquoi les personnages sont immortels ?… Petite philosophie du boudoir acte XXXIV

Un mien fils passe cette année son bac français. Tradition française bien assise qui a fait trembler ou soupirer des générations de lycéens. Et particulièrement aujourd’hui, où l’étude d’auteurs du passé semble d’autant plus …dépassée, qu’elle s’appuie sur une maîtrise du langage en pleine perdition. Je ne m’appuie pas ici sur une vision nostalgique et aigrie, mais sur des données statistiques dûment répertoriées. Accompagnement d’un monde en mutation, période de crise ou autre motif, un  certain désamour sanctionne aujourd’hui pour beaucoup leur langue native ou d’adoption ; cest un fait ! La paresse et un certain choix  de facilité font parfois le reste : j’ai vu avec surprise mon fils revenir en dernière année de collège avec des éditions édulcorées d’ouvrages, censées faciliter la tâche ; C’est un peu comme si on équipait des bras souleveurs d’haltères de mécaniques, il me semble. Mieux vaut lire moins et complètement et prendre un tout plutôt qu’une partie.

Je pense aussi avec le recul et mes propres souvenirs agacés que la proximité évidente de personnages mythiques de la littérature avec les grands archétypes humains n’est pas assez mise en valeur. Que les grandes émotions et les sentiments majeurs qui peuvent nous agiter et qui traversent notre histoire depuis l’âge des cavernes et sûrement encore pour un certain temps, ne sont  pas assez révélés!

Qui d’entre nous, tous âges confondus, n’a pas ressenti les affres de la jalousie, les tremblements fous de l’amour, la colère, l’envie, le désir de vengeance, la brûlure terrible de l’injustice. Qui ne peut reconnaître dans son environnement immédiat, les terribles figures de la pauvreté, la misère si justement décrite par Zola, par Hugo, qui ne fantasme sur sa belle, son égérie, sa muse inaccessible, sa Juliette, sa madame de Rénal, son Hyppolite, sa Manon ? Qui ne se pose pas les questions existentielles sur le destin, la vie, la mort, et les pourquoi ? Autant de thématiques universelles et sans âge, que les romanciers, tragédiens et poètes de tous temps ont exploré avec raison et une imagination débordante.

Souvent, regardant avec amusement mon entourage proche et les inconnus innombrables croisés sur ma route, je m’amuse à retrouver ces figures emblématiques. J’ai ainsi rencontré quelques Emma torturées et dévorées d’envies, des Don Juan pathétiques, des  madame Verdurin, des Mère courage, quelques princesses de Clèves et leurs alter égo masculins. D’odieux Thénardier en puissance,   et en ces temps troublés, pas mal de Jacques le fataliste sans maître et qui peinent à creuser leur propre chemin ! Plus rarement, de vrais don Quichotte ! Par leur bouche, c’est le discours éternel de la  passion, de la vie dans ses rebondissements multiples que j’entends. Et aussi ceci : chacun de nous est le héros de sa propre histoire, et peut s’identifier, se reconnaître et se comprendre dans ces miroirs littéraires. Ce n’est d’ailleurs pas au hasard que j’ai choisi le nom de Phèdre comme pseudo ! Et que je garde une sympathie  pour ce bon vieux père Goriot.

La littérature dans son ensemble, le peu que j’en connais en tout cas au regard de son immense profusion, a été pour moi une école amusante et passionnante de ce qui fait l’humanité. Plutôt que d’essayer de la comprendre et de la décortiquer, il faudrait d’abord montrer comment se l’approprier de l’intérieur par une lecture sentie et porteuse d’émotions ; laisser parler  en soi ce que ça vous dit et le prendre d’abord comme ça vient ! Et faire le lien avec sa propre existence et celle de son entourage. Se rappeler ses colères, ses indignations, ses conflits ! Alors se fait la connexion intime qui abroge les siècles et les différences. Et rassemble tous ceux qui aiment les livres !

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Le boudoir philosophique, est tagué , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s