Je ne dors pas

 

 

5 heures à peine

Posent à ma fenêtre

Leur mine fatiguée

Dans mon lit bateau rouge

Aux secrètes tempêtes

Je navigue dans l’eau trouble

De mes rêves éveillés

Songe creux, noire rivière

Où les souvenirs du passé

Nagent et narguent mes chimères

Je ne dors, pas, je suis posée

 

Autour de moi les murs chavirent

Mauves frontières de mes idées

Où passe la silhouette longue

D’un mien fantôme tant aimé

Errant sur les rives blanches

D’un étang bleu et parfumé

Sur mon front lourd

Passent  juste des ombres

Je ne dors pas, je suis posée

 

Bientôt, enlacée de nuit claire

Et de fatigue, malmenée

Sur l’oreiller pourpre et disert

Où je murmure enivrée

A voix basse ces quelques vers

Pour quelque mouche oubliée

Je sombrerai sans liens ni fers

Dans le sommeil, délivrée

Grâce  de l’aube qui libère

Sa lumière en ondes filtrées

Je ne dors pas, je suis posée !

Publicités

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s