Tropicalis

 

 

Etrange une touffeur ce matin

Remplit mon alcôve

De palétuviers et de banyans

Et d’une verte canopée

Exhalant ses parfums mouillés

Au milieu de mes voilages

Moite et sucrée de senteurs douces

Je voyage en tropiques  fluctuants

Belle de jour enlianée de rêves

Environnée d’oiseaux chamarrant

De leurs chants aigus ma trêve

Ma ville est une jungle chantant

Ses longs couplets de chamans blancs

Dans le brouillard chaud et troublant

De la fournaise guyannaise

Où je m’enfonce lentement…

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Tropicalis

  1. Ohhhhhhh comme c’est beau

    J'aime

  2. Phédrienne dit :

    Merci beaucoup !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s