De ma langue

 

De ma langue je goûte les parfums offerts

Le sens et l’essence des rimes paires, impaires

Et les fleuves opulents des syllabes musiques

Chantant à l’unisson des mondes impatients

 

J’ai leur peau contre moi, leur densité puissante

Leur chair impétueuse,  leurs sauvages colères

La sensualité douce  des diphtongues posant

Leurs impalpables sons sur des ondes pourtant

 

J’ai leur chant à mon cœur, à mon âme ancrée

C’est ma terre, c’est mon île où je reste amarrée

Au plus fort des tempêtes dont ma tête est secouée

J’écris de leur sang noir des poèmes heurtés

 

De ma langue je chante à bouche délivrée

Ce bout de plage humide où nos pas sont tracés

La forêt des regards et les si beaux soupirs

De la vie qui se crée et se récrée encore

 

Et le ciel de mai qui déplie ses orages

Le printemps vert et gris, les oiseaux de passage

Le murmure de la pluie qui laisse à mes cheveux

La mûre, le sel, la myrte, la mer et ses flots bleus…

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour De ma langue

  1. Chevaucher sur les rimes… pour l’amour de l’écriture et nous recevons la beauté poème à poème!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s