Les hommes sur les murs

 

Quand je me promène dans ces lieux que la vie a désaffectés  (quelle puissance dans ce mot, désaffection), j’aime à relever les traces nouvelles. Sortant des briques, des balafres et des blessures, souvent d’impudents personnages se baladent. Cherchant à attirer l’attention du courageux qui se risquera là à travers les clôtures brisées, les gravats. J’aime cet élan créatif qui ne réclame  ni les feux de la rampe, ni celui de la validation ; là, l’art est ce qu’il devrait être partout : libre et spontané, débarrassé des contingences, de la censure et du fric !  Si j’en avais le droit moi, et si je savais surtout peindre sur les murs, je vous assure que mes poésies seraient portées sur un mur de hasard, en craie noire éphémère, pour laisser ensuite la place à d’autres mots ! D’autres expressions.  Et remettre ainsi du sens au cœur de la ville.  On tolère bien que nos murs soient constamment dénaturés par des publicités laides, des nus vulgaires, des outrages constants au goût, sans qu’on ne proteste ; Pourquoi proteste t’on contre ce qui se propose parfois, souvent, de nous raconter une histoire ? La laideur autorisée est-elle plus licite que l’art libre ?

De mes fleurs douces et sauvages à ces images interpellantes, je fais moi le même chemin de découverte et de transformation.  Faire d’une anfractuosité de mur, d’un creux, d’une bosse de pierre le relief d’une image, c’est renouer avec Lascaux ! Mais je soupçonne maint gendarme préhistorique d’avoir maugréé déjà contre les profanateurs de parois !

Bref, chaque promenade est un voyage en soi. Un micro univers toujours renouvelé. C’est pour cela que j’aime tant marcher ! A la vitesse du pas, le regard peut tout épouser. Et le promeneur s’arrêter …

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Mon réflex et moi, univers d'images, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Les hommes sur les murs

  1. RvB dit :

    Belle sortie pour le 35mm !
    Tu sais, le rat des champs que je suis n’a jamais pu réellement effectuer sa mutation en citadin, et c’est dans ces lieux cachés que j’ai le plus apprécié les villes dans lesquelles je suis passé. Voir et revoir cet art urbain, vivant au sens premier du terme, de mes yeux ou au travers de ceux des autres est toujours un moment que j’apprécie, même si je ne m’y suis jamais essayé (à cet art comme à celle de ces prises de vues) ! Merci pour le voyage en lettres et images !

    J'aime

  2. Phédrienne dit :

    Dans tous les cas, à la ville ou aux champs, rester mobilisé et curieux fait toute la différence; S’ouvrir à ce qui vient aussi ! Merci Hervé !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s