J’ai oublié le cri de la mer…

J’ai oublié le cri de la mer

Sa voix étrange sauvage et nue

Battant de son cœur ouvert

Rives blanches et rochers chevelus

Sa voix et son parfum si fier

Et sa caresse rude et têtue

Quand vous cerclant de son écume

Elle vous entraîne dans ses rues

Ses avenues d’ondes algueuses

De varech de sable et de nuit

Je cherche sa ligne fuyante

Son dos souverain et galbé

La fureur de ses reins cabrés

Sous des voiles blanches et perdues

Matelot sans navire et partant

Sans ce bout d’âme où gît une île

J’attends sur le quai bleu du temps

Qu’elle m’enlève, immobile…

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.