Le corsage fleuri de madame Prétend

6380Je crois avoir déjà évoqué plusieurs fois l’épaisse robe de chambre dans laquelle, avec aisance, Emilie sort de bon matin de son logis et de sa réserve pour aller vaquer au jardin. Pantoufles aux pieds et affrontant aussi bien les frimas que la chaleur estivale, à condition que ces dernières respectent un tant soit peu, les normes saisonnières. Mais j’ai omis de préciser un fait bien mystérieux et sujet à interprétations diverses ; il arrive parfois, et au final, de façon assez régulière, qu’un suave nuage de parfum précède dans l’escalier l’arrivée de la dame. Alors, émergeant dans toute sa splendeur retrouvée, l’œil rimellé et sa bouche martiale dûment peinte de rouge frais, Emilie descend sur la pointe de ses talons, une écharpe de gaze ceignant son cou, et un mignon petit sac à main remplaçant le sac à herbes et l’arrosoir !

L’ayant croisée hier après midi, alors que je rentrais moi d’un long crapahutage beaucoup moins coquet à l’affût de minuscules fleurettes, j’ai vu mon Emilie comme l’incarnation vivante du printemps, son joli corsage à jabot, éclaboussé de fleurs roses à faire pâlir celles de son jardin, et avec au fond de l’œil une lueur qui ne trompe pas.  Je veux parler de cet éclat si particulier que l’âge n’affadit jamais, et qu’on sait relié par un fil invisible aux battements du cœur !

Je vous assure que je n’ai pas rêvé ! Il y avait, dans l’empressement que madame Prétend a mis à me saluer, puis a descendre les marches avec une vivacité nouvelle, l’élan qui précipite tous les amoureux du monde dans la rue, et que rien ne peut retenir ! S’il est une chose que j’adore dans l’amour, c’est qu’il est hors du temps, dans sa dimension si particulière qui se fout bien des cheveux blancs et de toute convention quelle qu’elle soit ! Je n’ai peut-être jamais eu pour Emilie un tel élan d’affection simple, doublé d’un très solide sentiment de solidarité féminine qu’en cet instant, où, claquant vigoureusement la porte d’entrée de l’immeuble à mon nez ébahi, elle est partie telle un vaisseau conquérant à la rencontre de l’univers !

Moralité : le printemps est une saison que rien ne fera disparaître !

Publicités

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les Chroniques d'Emilie, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

12 commentaires pour Le corsage fleuri de madame Prétend

  1. Françoise dit :

    un régal goûteux ce texte …. ;o) et vive le printemps quel que soit son âge !

    J'aime

  2. Serait-elle amoureuse ? Je le lui souhaite de tout cœur, depuis le temps, j’ai vraiment appris à l’apprécier…

    J'aime

  3. De lettres et de mots dit :

    Magnifique 😉

    J'aime

  4. Après le café noir, le morceau de chocolat aussi noir dans la main, je lis ton article où reigne madame « primtemps », madame Terpend… c’est adorable.
    Merci, elle est en peut de nous touts.
    Bisousssss.

    J'aime

    • Phédrienne dit :

      Bonjour Barbara
      Elle a surtout ce petit goût de bonheur qui est aussi succulent que du chocolat! Et je prends tous les SSSS des bisous, moi !
      Gros baisers Barbara

      J'aime

  5. RvB dit :

    Voila un conte fleurit qui ne manque pas de sève. Formidable !

    J'aime

  6. Antonio dit :

    Je jurerais avoir senti son parfum dans le passage que je viens de lire !

    « Laissez-moi deviner, Madame Terpend, y a de la violette ! … non, non, de la rose ! … A moins que… du jasmin ? … je donne ma langue aux chats ! » 😉

    Super de la retrouver, merci !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s