Et si le temps n’existait pas ? … petite philosophie du boudoir acte XXXIX

6679Etendue à plat dos sur l’herbe, je regarde filer les nuages, l’un après l’autre ou enchevêtrés, agglomérés en masses compactes avec lesquelles le soleil joue, et ne gagne pas. J’ai posé en même temps que mon sac, mes convictions, mes attendus et mes présupposés. Dans ma poche, le portable est clos. Pas de montre au poignet. Pas de tentative de rattraper cette arbitraire subdivision du temps qui nous poursuit incessamment. Attentive à la lumière qui transperce mes paupières closes, à la marée fluctuante de ma respiration, au picotement des petites herbes dans mon dos, à la montée d’une cohorte de fourmis que ma taille géante n’effraie nullement, je suis sans séquences, sans mémoire, sans appréhension. Ni secondes, ni minutes, ni rien. La vaste mer des instants possibles déroulant ses infinis sans butée. Ni circularité ni linéarité. Juste, à portée de main et de volonté,   un mouvement possible ou l’immobilité voulue.

Les nuages poursuivent leur course à leur rythme qui se fiche bien du mien. Je n’ai pas besoin de retenir les choses dans ma main, de figer ces instants qui ondoient comme des vagues. Il ne tient qu’à moi de les rendre insécables,   non séquencés, déroulant leur flux arbitraire. Je me relève.  Mon pas invente sa danse propre, ma musique interne chante à sa façon, anarchique, j’ai cessé de compter : heures, minutes, secondes, nano secondes, tic tac, tactique du métronome qui nous fait marcher au pas imposé. Le temps ne trace rien sur mon visage, c’est moi qui y dessine ma vie. Il n’est pas mon ennemi, et pas même un complice, s’il veut être, ça le regarde !

Moi, je lui préfère la vie…

 

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Le boudoir philosophique, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Et si le temps n’existait pas ? … petite philosophie du boudoir acte XXXIX

  1. RvB dit :

    Une vision merveilleuse à laquelle je ne pourrai m’empêcher de penser demain, en retrouvant les sentiers de ma vie, quelque peu délaissés dernièrement, justement ! 😉

    J'aime

  2. Du dehor du temps, inmortaliser les instants made in Phédrienne!!!; très poètique et jolie méthode pour vivre. J’adore.
    Gros bisous.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s