Les dialogues impossibles…ou dis-moi ton âge, je te dirais si je te parle !…petite philosophie du boudoir acte XL

Sans titre 2Il y a des jours comme ça où une petite claque inattendue vous remet les idées en place en même temps qu’elle vous ramène à une dure loi de réalité. Il en a été ainsi dernièrement sur ma malheureuse page facebook, où deux jeunes que j’aime beaucoup (l’un est mon fils) m’ont élégamment rappelée à (je cite dans le texte) l’obsolescence de mes idées et des moyens mis à les défendre.  Ouille ! L’objet de la discussion était mon refus proclamé que des sites comme youtube finissent par avoir le monopole de la représentation culturelle, ce à quoi il m‘a été répondu que l’imprimerie avait bien achevé les scribes et qu’il fallait s’adapter au changement. Je ne défends pas autre chose moi qu’un désir de diversité et de choix, mais passons.

Ce n’est évidemment qu’une anecdote sans importance, mais ce qui m’a frappée et dérangée en profondeur, je l’avoue, c’est l’argument mis en avant (la différence générationnelle qui justifie que des gens comme moi ferment leur bouche ou qu’on clôt le débat), qui représente pour moi un certain esprit de fracture, et de clanisation de la société . Clan de jeunes ou de vieux, corporatisations des métiers et des savoirs, chacun revendiquant le monopole aussi de sa propre expérience et radicalisant sa position au bout de trois mots (tu n‘es pas d’accord avec moi, donc tu es un abruti, et je lâche l’affaire). Pour ma part, j’ai toujours discuté avec tout le monde, enfant, vieillard, adolescent, gens de toutes conditions.  En partant du principe que j’avais toujours à apprendre, et que je n’avais raison sur rien. Ce qui m’a gênée aussi, c’est le ton moqueur utilisé, même si comme on le sait, l’impertinence est la marque de la jeunesse (pas vraiment de sa tolérance, mais passons aussi).

Je crois que lorsqu’une société ne sait plus dialoguer sans énervement et sans mots durs, elle ne va pas bien. Je crois qu’une société qui pense qu’après 20 ans, on n‘a plus de légitimité à prendre la parole est aussi stupide et arriérée que celle qui veut empêcher la jeunesse de décider de sa vie au motif d’une immaturité supposée. La discussion, l’échange intergénérationnel et interculturel est indispensable à mes yeux. C’est l’individu qui doit primer, ce qu’il est à l’intérieur et ce qu’il a envie de dire ; pas son clan, ni son âge, ni son statut, personne n’étant plus légitime que l’autre pour assoir une vérité !  C’est son droit à n’être pas d’accord et sa liberté pour le dire !

La patience  devrait prévaloir aussi sur cette propension à vous traiter de con (ou à le suggérer de très forte manière, ce qui revient au même), jeune ou pas, après trois mots. La facilité de la vindicte et de la satire  plutôt que la compréhension n’est pas un système auquel j’adhère. Je lui préfère l’écoute et l’argumentation ! Je préfère garder en tête que comme tout le monde, je peux me tromper, me bloquer, avoir mes préjugés ! Et partant, évoluer, ce qui n’est guère possible si personne ne veut plus dialoguer !

Mais, sachant comme tout un chacun qu’on est toujours l’imbécile et partant, le vieux con de quelqu’un, je préfère aussi  clore ce  petit billet avec le sourire et en gardant dans un coin de mon oreille, le célèbre petit air de Brassens !

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Le boudoir philosophique, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Les dialogues impossibles…ou dis-moi ton âge, je te dirais si je te parle !…petite philosophie du boudoir acte XL

  1. Antonio dit :

    Pas facile d’argumenter quand on a peu de bagages. Pas facile de perdre les opinions toutes faites, les adages commodes et les convictions communes comme dirait Flaubert.

    M’enfin, il faut persévérer, ne pas se laisser abattre et reprendre le combat entre deux sourires !
    Il en vaut la peine, tant que personne ne se sent rabaisser.

    « Faut toujours que t’aies raison, m’man… tu m’saoûles ! »
    « Non mon chéri, j’aimerais justement que tu aies le dernier mot… mais c’est dur ! » 😉

    J'aime

  2. je suis avec toi, mot après mot: « pas son clan ni son âge…Bravo, Phédrienne !!!

    J'aime

    • Phédrienne dit :

      Bonjour Barbara
      Je crois que ça reste fondamental de défendre ça ! On ne peut pas vivre ensemble sans se parler ! On ne peut pas envisager un monde où chaun est sourd à l’autre !
      Bises.

      J'aime

  3. RvB dit :

    Entretenir le dialogue, quoiqu’il en coûte parfois, est en effet essentiel à la préservation de la vie commune ! Ce n’est pas facile, mais il est en effet toujours dommage de voir un dialogue se conclure par une sanction tel que « vieux con » ou « jeune prétentieux ».
    Sa savoir faillible, c’est aussi se montrer adaptable. Courage !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s