J’attendais

 

J’attendais

Que monte doucement la sensation profonde

La plénitude du cri

Cette seconde préliminaire des plaisirs

Juste posée avant

Avant que naisse le son

Le toucher de la lumière sur la peau

La fraîcheur de la pénombre

Enclosant ma nuque et mon dos

Le murmure chavirant de la note

Répercutée de voûte en voûte

Le silence enfin

Voile de mon bateau

Ailleurs, c’était étrange

La vie trépidait et criait

Grinçait aux portes de ses absences

Hurlait de désirs inavoués

Mais moi

Les mains jointes sur mon ventre

Paume à paume

Et l’esprit voguant comme une plume

J’attendais que me chavire l’instant

Et comme une marée subtile

Léchant ma peau de ses délices

Je n’ai connu que le supplice

De l’attente suspendue

En priant qu’elle demeure là…

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s