Circonférence …fantaisie phédrienne pour bobos et maux divers

Etrange ce tourment

Qui, rampant comme une onde

Voyage de ma tête à mon ventre

Paysage si doux, moelleux de chair blanche

Et que d’invisibles aiguilles piquettent !

Quel diable s’est–il donc insinué

Par mon nombril ou mes oreilles

Puis s’en est venu loger sans bail

Ni caution, juste son bagage à la main

Dans mon joli ventre rond ?

J’ai beau faire, et tâter

D’une impatiente main

Ce volcan en action

Rien n’y fait !

Ce poltergeist pécheur

Iconoclaste et ravageur

Résiste à ma raison

Qui me dit avec justesse

Qu’il ne peut être là pour de bon !

Tant pis !

Cessant pour un instant vainqueur

De tourner autour de lui

Je vais oublier mon nombril

Et ce qui se passe dessous

Remettre de l’ombre et du doux

Du soyeux du tendre et du flou

Dans mon crâne où tout au moins

Rien ne traîne sur le chemin !

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s