Roméo et Juliette

 

Il y avait marchant devant moi,

Main blanche surannée en main blanche enlacée

Un couple

Marchant à petits pas comptés

Sur de maigres chevilles lassées

Cheveux d’argent et au doigt

Passée depuis longtemps longtemps

L’alliance d’un été

D’une promesse ardente

Murmurée de bouche à bouche

Sa main à elle pressant les doigts

Sur les jointures en aplat

Et le poids de son corps léger

Serré contre son corps à lui

Comme une caresse gardant

L’empreinte de si nombreuses nuits

Mon Roméo et sa Juliette

Sur les pavés durs de la ville

Marchant à leur pas silencieux

Au rythme battant de leur cœur

Et dans leurs yeux cette rumeur

Qui porte l’émoi en otage

Et l’amour toujours en partage

Si jeune…

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Roméo et Juliette

  1. Très belle histoire qui me fait rêver !!!
    Merci,Phédrienne; je suis jeune à l’instant…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s