Emeus-moi

Emeus-moi

Transporte-moi dans les brouillards

Les au-delà

Là où se nichent les étoiles

Les nervures et les éclaboussures du temps

Les pages de terre brune et bleue

Les écorchures et les frémissements

J’ai travaillé, tu sais

Forçant tous mes rouages

A filer doux dans le droit sens

A respecter les usages

Mais là

Posant à terre mes fardeaux, je te réclame

Du vent, des parfums fous

L’arête des rochers sauvages

Le battement de la mer

Des sourires et puis des larmes !

Emeus-moi

Dis-moi des mots drôles et rétifs

Raconte-moi ce qui n’existe pas

Invente-moi ce que tu crois

L’opale du ciel descendant

En drapés nus sur les rivières

Les envols et les atermoiements

Je te suivrais dans les lisières

De l’inachevé et du tangent

De la déraison sans lanières

Et j’embrasserai ces tourments

Plus doux qu’un doux rêve d’enfant…

 

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s