Ma terre…

 

Prairies bleues où je cours mêler

Mes cheveux aux herbes cuivrées

Plaines lointaines, mûres  et couchées

Comme un lit de sépia mouillé

Ma terre est un lit de mariée

Sous ses habits de tôle pliée

De fer, béton, d’acier trempé

Je sens encore au creux des mains

Son ventre souple, blond et divin

Quand sous l’eau pure elle ruisselle

Se régénère, souffle et revient

A sa beauté universelle

Marchant pieds nus sur ses chemins

Cueillant chacun de ses matins

Je la rêve comme une femme belle

Ma terre est un lit de satin

 

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s