Possession

 

J’ai envie aujourd’hui de te parler de tout

De ce qui fait l’essence d’un nous

De ce si lent apprentissage où l’écoute

Se substituant peu à peu à la possession sauvage

A l’incarnat d’un cœur brûlé, avide et corrodé

Brûlant de tenir toujours davantage

De dévorer, d’enserrer sous ses griffes premières

L’objet de sa convoitise guerrière

Le reflet de ses pulsions rentrées

De ses pulpeuses émotions soufrées

Apprend à écouter…

Ce qui de l’autre côté, bat

A l’abri des tempes fermées

Château d’idées et de mystères

Qui ne demandent qu’à s’évader…

Ce n’est pas apprendre à marcher

Qu’il est difficile de donner

A ceux qu’on aime

Mais apprendre à lâcher leur main

A les laisser sur le chemin

De leur solitaire croisière

A regarder parfois leur dos

Qui s’éloigne dans la poussière

Et à en être enrichis

Comme si, éloignant tous barreaux et cages

On cessait d’être un gardien

Pour devenir celui qui regarde

Qui écoute et sait bien

Que l’horizon doit grandir et grandir encore

Jusqu’à devenir la mer des destins…

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Possession

  1. Ta poésie est essentielle!!! Bravo!
    Bisous.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s