Le parachute d’Emilie

Ce qu’il y a de bien avec l’humain, c’est que s’il déçoit souvent, il n’en finit jamais d’étonner, d’émouvoir, de vous cueillir à chaud là où on l’attendait le moins. Dans ma naïveté qui est restée celle d’une (vieille) enfant, je me laisse ainsi surprendre et capter bien souvent par ces curieuses pirouettes qui s’offrent au détour d’un mot, d’une confidence, même sans oreiller…

Mes conversations avec Emilie dessinent un paysage curieux, disparate, aussi fluctuant et éphémère que les tableaux de craie des artistes de rue. C’est bien cela qui me plaît ! Dans ses insaisissables mystères, la ferme noblesse de ses traits, ce regard tantôt voilé de nuit, tantôt embué de chaleur, et sa façon si particulière de repousser d’un coup d’épaule la fatigue qui la trahit soudain, de redresser alors son dos et de se planter comme un arbre, Emilie me livre quelques fragments, tessons de vie qui jamais ne s’emboitent vraiment, et comme toute héroïne, échappe  à toute tentative de la circonscrire et partant, de l’enfermer.

Il y a peu, sous l’arbre à palabres du jardin, lequel accueille désormais aussi  de jeunes têtes qui ne s’en laissent pas conter, je me suis posée un temps sur le banc de bois qui invite à la procrastination, au dilettantisme et au farniente, horrible tentateur !  Emilie y était installée déjà, bienveillante et digne.

Nous devisions de tout et rien, chose dans laquelle je n’excelle guère, étant plutôt mauvaise voisine pour tout ce qui concerne les poncifs ou les potins… (Ce qui ne me rend pas plus intéressante pour autant, j’en ai bien conscience 🙂 ) ! L’air était chaud et silencieux et au-dessus de nos têtes quelques oiseaux bravaches narguaient les chats penauds.

Emilie écoutait donc d’une oreille néanmoins attentive ma plainte grimaçante sur une douleur de dos bien importune, quand tout-à-coup,  et suivant du regard la tête renversée la belle trajectoire des petites fusées plumeuses, elle m’a confié : C’est comme moi, avec cette mauvaise chute en parachute ! Je l’ai regardée, stupéfaite ! Devant ma question muette, elle a poursuivi : oui, j’ai fait du parachute, pourquoi pas !

Mais oui, évidemment, pourquoi pas ? Que ne pourrait-elle faire, cette invincible dame ? Dans un effort muet, mais néanmoins très concentré, j’ai essayé d’imaginer Emilie à 20 ans ! Emilie exploratrice, Emilie détective, Emilie infirmière, Emilie agent secret! Impossible !  Mon cerveau stérile ne pouvait se détacher de son actuelle présence.

Néanmoins, lorsque le lendemain je me suis accoudée à ma fenêtre pour saluer le soleil levant, j’ai cueilli au passage la belle vision flambante d’une volée d’oiseaux passant toutes ailes dehors au–dessus de la barre frontale des immeubles. Et vous savez quoi ?  J’ai cru reconnaître parmi eux, vaisseau d’aigrettes légères  et blanches, un oiseau qui ne m’était pas inconnu ! Je suis sûre que c’était Emilie volant comme un ange guerrier par delà cheminées et nuages, loin, vers sa glorieuse destinée !    Cette fois, j’en suis certaine, elle est bien capable de tout !

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les Chroniques d'Emilie, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour Le parachute d’Emilie

  1. J’adore tes histoires si bien contées sur cette mystérieuse et de plus en plus passionnante Mme Terpend. Je ne me sens bien sûr pas en droit de la nommer si familièrement, cette fière dame…
    Quelle surprise nous réserve-t-elle encore ?
    Et si elle avait sauté à un âge plus avancé, aventurière qu’elle est ?

    J'aime

  2. RvB dit :

    Et encore un « smile »…
    Quelle histoire, et quelles ressources cache-elle encore cette Mme Terpend !?
    Génial, merci 😉

    J'aime

  3. Quelle belle histoire, Phédrienne! Mme Terpend est incroyable et capable de faire quelque chose!!!
    Bisous.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s