J’ai cherché

771

J’ai cherché la trace de ton sommeil sur mes joues

L’ombre de ta lumière sous mes paupières ourlées de nuit

J’ai suivi sur mon poignet, autoroute des heures blanches,

Le réseau fin et bleu où battent si lentement

Les heures lorsque j’attends…

Je n’ai pas envie de courir, pas envie de voir clair

Je préfère les ombres, les traces et les empreintes

L’esquisse délicate d’un jour à peine éclos

A toutes les certitudes

J’ai cherché sur mon front la barre des symboles

Le creux des illusions, la ligne de fuite des peurs

Je n’ai trouvé qu’une idée, insolente et joyeuse

Une pensée de l’instant fuyant à peine éclose

Un grain unique de folie dense et iconoclaste

Frivole et vagabond comme de l’eau

Alors j’ai regardé la ligne des steppes

Et leur blonde poussière par-delà l’horizon

Et j’ai su que la nuit était brève

Et Longues les heures de la passion…

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour J’ai cherché

  1. J’aime la profondeur de ta poésie, le centre philosophique et au même temps sa légèreté!!!
    Merci, merci, merci…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s