Saperlipopette !…petite philosophie dans le boudoir acte LI

En sirotant mon café ce matin, je me suis rendue compte que depuis quelque temps, je me suis laissée rongée insidieusement par un petit virus grisâtre, hyperactif et assez insupportable, qui laisse des traces bien désastreuses : un sens de l’humour un peu corrodé, un nombrilisme patenté, une manière de  prendre les choses bien trop au sérieux ;

Je ne l’ai pas vu venir, pas senti s’inoculer tout seul dans mon organisme peut vigilant.  Au bout de quelques temps, j’ai tout de même senti quelques gratouillis, quelques chatouilles bizarres sous mon occiput, mais, je n’y ai pas pris garde ; le corps est une chose si bizarre que je m’essaie parfois à l’oublier !

Cependant, ce matin, rentrant d’un pas martial de courses ennuyeuses, j’ai soudain vu sur le trottoir une petite coque vernissée, fraîchement éclose de sa gangue d’un beau vert printemps : un marron ! Mon premier marron de l’automne ! Tout fringant et éclatant de couleurs. J’ai senti alors quelque part sous mes cheveux, un petit courant alternatif s’activer enfin, circuler librement entre mes neurones fatigués, et mes zygomatiques un peu coincés se sont alors activés franchement sous cet influx nerveux bienvenu ! Sous l’œil quelque peu médusé de trois ouvriers qui depuis 24h s’acharnent à casser le trottoir qui ne leur a rien fait, j’ai jeté mes courses, fait un entrechat (enfin, une forme très personnelle de la chose), et je me suis jetée avidement sur cette manne providentielle pour en remplir mes poches ! Mais, qu’est-ce que ça fait du bien !!!

Je vous accorde sans ambages que ce pulsionnel et infinitésimal lâcher prise n’a rien d’une révolution copernicienne !  Comme disent les enfants, m’en fous ! Je me sens, moi, toute réjouie et d’esprit enfin rieur, prête à naviguer vers mon plafond comme le vieux monsieur de Mary Poppins !

Allez, une pause rigolade pour tout le monde ! C’est moi qui régale !

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Le boudoir philosophique, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour Saperlipopette !…petite philosophie dans le boudoir acte LI

  1. RvB dit :

    Vive les plaisirs régressifs (je n’aime pas le terme… pourquoi diable seuls les enfants auraient-ils droits ?) !
    Plus sérieusement, j’imagine que tu parles de châtaignes (comestibles) et non de marrons (qui ne le sont pas) ? (Ah mais on en apprend tous les jours, recherches faites, il semblerait que le terme marron désignant de grosses châtaignes est né dans la région lyonnaise… venu de l’italien marrone qui signifie… châtaigne ! Par extension, l’on désigne par marrons toutes les châtaignes de culture : l’homme des bois se couchera moins bête)

    J'aime

    • Phédrienne dit :

      Non non ,ce sont bien des marons non comestibles! Mais ta remarque est (comme toujours) très pertinente! Au diable la régression! Un plaisir, c’est un plaisr, nom d’une Phèdre !
      Merci Hervé !

      J'aime

      • RvB dit :

        Je craignais surtout que tu en manges si ce n’étaient des châtaignes 🙂
        Et tout à fait d’accord pour le plaisir !

        J'aime

  2. Belle pause rigolade, rien qu’à t’imaginer faire ton gracieux et personnel entrechat 😀
    Et une aussi belle synchronicité, j’ai contemplé avec bonheur mon premier marron de l’année, j’ai fait un vœux

    J'aime

  3. C’est une vrai plaisir lire cet article delicieuse… J’adore.
    Merci, belle dame!!!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s