Chaud !

 

Parfois, la fièvre murmure dans mon corps

Entre frissons et fêlures

Comme un beau chant de Maldoror

Comme une insidieuse blessure

Mais aussi un chant de jungle puissant et fort

Montant à l’assaut de mon dos

De ma nuque

Glissant en ondes frêles sur ma peau

Courant de bas en haut

Ondoyant en serpent carnassier

Depuis ma tête, du creux de mon cerveau offert

Jusqu’à la paume de mes mains

C’est amusant, la fièvre

Ca court-circuite et ça zèbre

Et ça donne de drôles d’idées

Immobile, au milieu de ma jungle

Sous les frondaisons épaisses et moites

Je guette donc le pas de la panthère

Et j’attends la fraîcheur du soir

Jusqu’à ce que les ondes s’apaisent

Comme une marée qui descend…

 

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Chaud !

  1. rechab dit :

    Ouh là… !! et après la chaleur du jour (le serpent, le zèbre, la panthère)… les frissons du soir (espoir).. – ou aller à re(Brousse) poil…

    J'aime

  2. Phédrienne dit :

    Aller à re brousse poil, j’adore ! 🙂

    J'aime

  3. rechab dit :

    D’où la nécessité des frondaisons épaisses et moites.. et sous la main la fourrure

    J'aime

  4. rechab dit :

    Bon, on dira 😉 que c’était une réaction « à chaud », c’est le cas de le dire….

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s