Feu…

1301

J’ai posé mes pas feutrés dans tes délicates dentelles

Tes tapisseries dorées, tes moirures et tes venelles

De soieries et de guipures

De velours et de papier

Sous tes arcs et tes croisées

Je me suis abandonnée

Collant mon regard aux nouures de tes troncs

Aux bras enlacés de tes noires frondaisons

Un écureuil y courait seul

Guettant de son œil apeuré

Mon inopportune présence

Dans sa forêt enchantée

Je t’ai cherchée, sentie, caressée, désirée

Humant de ta terre grasse le parfum deviné

Et ton pourpre et ton or

Nimbant de leur diaprure

L’arc du ciel fléchant

De ses bleus ta parure…

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, Mon réflex et moi, univers d'images, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s