Frisson …entre jour et nuit.

196

 

Il y avait ce matin comme un frisson d’extase

Un petit grain fragile et tremblant

Givrant de sa lumière le bord de ma fenêtre

Je reste suspendue au jour naissant

J’avais rêvé que des loups des steppes

Longs et blancs

Et de pourpres fleurs carnivores

Ponctuaient ma course nocturne

Ce chemin d’indicibles envies

Où je laisse courir mes pas la nuit

Mais au matin, il y avait juste ce frisson

Posé là narguant ma nouvelle solitude

Et le bouquet de mots cueillis

Et leur fraîcheur pâlissant sur ma table

Je n’irais pas aujourd’hui casser un rayon de soleil

Et m’en incendier la bouche et le ventre

Je garde ce frisson léger comme une promesse

Et les petits grelots qu’il fait courir sur ma peau

Frissons de vie, arrêt sur non image

Fondu au blanc !

Je laisse ce malaise qui se répand

Crêpant mes cheveux de sorcière

Ourlant mes yeux de mauve satin

S’unir au frisson et me lier de vertige

Entre jour et nuit, je file, oiseau diurne

Et mes ailes ne font pas plus de bruit…

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s