La traçabilité informatique vue de ma fenêtre…petite philosophie du boudoir acte LVI

Mon Dieu, que je n’aime pas ça ! Voilà, c’est dit, sans autre préambule et sans fignolage.  Mon Dieu que je n’aime pas ça. Plus j’utilise le net, et encore le fais-je essentiellement pour des raisons professionnelles, et plus je me sens transformée en prototype examinable, traçable, objectivable, scruté à la loupe et au caractère près.  A peine me risquais-je à écouter une musique, à chercher un titre de film ou simplement un produit et aussitôt, l’invincible et invisible armada du net se met en branle et m’inonde de propositions et de pubs en lien avec ce que j’ai cherché. Si j’ose poser un like sous une page ou un profil, ce sont cinquante propositions de profils similaires ou jugés comme tels qui défilent aussitôt et se rappellent ensuite avec insistance. Il n‘est pas jusque dans les réseaux prétendus professionnels où cette irritante manie ne s’infiltre à son tour, coupant court à votre curiosité et à votre libre arbitre. Ca m’agace ! Tout à l’heure, à l’ouverture de ma messagerie, des manteaux de femme en rangs serrés ont clignoté sur ma page parce que j’avais eu le malheur deux jours avant de chercher une référence d’article ! Et la moindre recherche d’itinéraires ou de renseignements déclenche la même avalanche de références non demandées. C’est un peu comme si à chaque visite chez votre charcutier, celui se mettait à vous noyer sous des tonnes de cochonnailles  alors que vous avez juste réclamé une petite tranche de  jambon !

Je déteste absolument cette ingérence, ce flicage incessant, ce pousse à la consommation non contrôlable, qui sous couvert de la liberté du net, empiète sur votre liberté à n’avoir sous les yeux que ce que vous avez envie de voir, pour vous imposer images, animations flash et trucs en tous genres ! Ce n’est plus une toile, c’est un vrai bazar , et une forme de vrai traquenard ou sous le prétexte fallacieux  de vous faciliter la vie,  on tronçonne cette dernière en milliers de données chiffrables, recoupées et cataloguables pour mieux définir votre profil de consommateur et regarder ce que vous faites (incitation au voyeurisme informatique aussi, avec ces insidieux » vous devriez aller voir ce que font vos amis » ou « votre ami tartempion a mis son profil à jour », et « votre amie Tartemolle aime la page les Gastéropodes en folie », etc).

Seule consolation au tableau : les bugs surréalistes du net, les jeux d’homonymies ou les simples fautes de frappe, qui parfois, amènent sur vos pages des liens totalement hors de propos ! Ainsi me suis-je vu proposer avec  étonnement une impressionnante collections de liens sur les délices de l’onanisme, là où je cherchais moi, un organisme…comme quoi !

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Le boudoir philosophique, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour La traçabilité informatique vue de ma fenêtre…petite philosophie du boudoir acte LVI

  1. Heureusement que tu gardes ton merveilleux humour… je me suis vue proposer des héritages mirobolants et même du Viagra pour femme… en anglais, qui plus est 😀 Toujours pas éclairci la source du dernier…
    On ne peut qu’être superbement agacé, voire révolté par ce genre de pratiques mais que faire ? Jeter son ordi par la fenêtre ?
    Il restera toujours des caméras de surveillance, le banquier qui suit à la trace le moindre de nos déplacements ou d’achat… le Big Brother dans toute sa splendeur.
    Merci pour ton « coup de gueule », ça fait du bien

    J'aime

  2. Antonio dit :

    Et dire que cette trouvaille qui vaut la gloire et des millions à son inventeur est censée nous rendre service.
    Et encore c’est la partie visible de l’iceberg. Derrière Facebook se jouent de multitudes analyses de nos données, de toutes sortes, au mot et à l’image près, dans un marché qui vaut des milliards… N’allons pas croire qu’il nous suffit de supprimer de notre ordinateur ou nos sites !

    Cette technologie est aussi géniale qu’effroyable… Méfiance ! 😉

    J'aime

    • Phédrienne dit :

      Bonjour Antonio
      Oui, comme toujours, mon post n’a pas pour objet de décrier stupidement un outil qui a plus que fait ses preuves mais d’en dénoncer le dévoiement et l’utilisation nocive, laquelle, à force de se répéter, finit par s’exercer sans que personne ne lève un sourcil…Méfiance, donc 🙂 !

      J'aime

  3. RvB dit :

    Trouver matière à humour d’un sujet qui ne prête guère à rire, tu perpétues une fois de plus un petit miracle très agréable à lire !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s