Pas de deux, itinéraire intérieur

1765

Hier, posant mes pas sur des chemins vides et pleins de soleil, je pensais aux itinéraires intérieurs qui reflètent nos balades. Chaque pas tracé se  faisant l’écho d’une histoire privative, intime et qui laisse ses traces. Je regardais les arbres et leur vêtement automnal et je me disais qu’on ne comprenait rien, en imposant à la nature et aux autres cette vision d’un cercle qui curieusement aurait par absurdité un début et une fin, l’apogée et le déclin. Ce que j’aime dans mon pays, moi, c’est justement qu’il possède 4 saisons, qui se suffisent à elles-mêmes et en même temps se nourrissent les unes des autres. Aucune de ces transitions n’est creuse, chacune a son intégrité, son essence. Aucune n’est au final  une abdication, une perte, elle est,  au sens du dasein  Heideggérien.

Regardant mon reflet propre  dans ce lac froid du parc de la tête d’or où je boucle souvent mes pérégrinations solitaires, j’ai constaté qu’il ressemblait juste à cela, à ce dasein, ici, maintenant, dans sa quintessence posée et j’en ai été apaisée, ne cherchant plus à me plaindre d’un passé, ni à espérer un futur, mais juste à continuer de vivre ça, à marcher activement vers mon être, à sentir ma propre sève circuler ou non, mon cœur  battre à un tempo différent, ce n’était pas important.

Le soleil allumait dans mes cheveux la même couleur que sur les feuilles, une symbiose fugitive et aléatoire, sans nostalgie. La nostalgie appartient à hier, et moi je ne vais pas à demain. Je prends ce pas de deux entre ce que je suis et le monde alentour,   vivre aussi intensément que ces papillons frêles que l’on croit immobiles, ailes repliées et perlantes sur une tige abandonnée, mais qui prennent soleil et chaleur et en vibrent sur le champ. Cela doit-il être ? Cela est !

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Billets et autres textes/Prose toujours !, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour Pas de deux, itinéraire intérieur

  1. RvB dit :

    Billet très sensible, qui remet un nom, que j’avais oublié, d’un état d’être symbiotique que je ne trouve qu’en nature. J’ai eu beaucoup de plaisir à cette lecture, merci.

    J'aime

  2. Ton post est une merveille… marcher, être ici et maintenant et se sentir vivante, tout simplement

    J'aime

  3. Je suis émue…ébranler par la beauté des mots et le concept philosophique !!! La imagen es también preciosa.
    Mille fois merci, Phédrienne.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s