Marée basse …

Sur la langue rose du ciel qui se couche languide

Dans les bras moelleux du sable endormi

J’ai cueilli un coquillage bleu

Et quelques cheveux d’algue fous

Le soleil s’est couché très loin

Loin de la frontière des vagues

Et le vent m’endort, m’endort

Dans son écharpe rude et froide

Vent de l’autan et ses accents du diable

Quand la mer refuse de s’assagir…

J’ai le cœur et l’âme à marée basse

Si basse que je ne sais sourire

Ma mémoire et la danse tanguée de l’eau

Et le creux des vagues qui me heurte au corps

Ma mémoire qui chavire sous le reflux violent

J’ai porté comme une enfant le coquillage à mon oreille

Bleus était aussi sa voix et son langage de merveilles

Chant lointain et si doux des mots passés passant

De leur lente caresse sur mes épaules fatiguées

Et sur mon front brûlant la mer a déposé

Tous les chagrins d’amour qu’elle y avait noyés…

Publicités

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Marée basse …

  1. Bravo!!! Va direct au coeur…J’aime beaucoup, Phédrienne.
    Bonne soirée.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s