La femme sur le mur…

2078

La femme sur le mur, murmure, murmure
Sa bouche tendre et gonflée semble si fatiguée
Et sur ma tête vide qui passe sans regarder
Un à un ses mots tombent comme des perles pures

Délivre-moi passante, de mon carcan de pierres
Vois comme ses liens durs me sont rudes et amers
Je ne puis abaisser sur toi sous mes paupières
Mon blanc regard de marbre, et ma tendre prière

J‘envie ton pas claquant, vif, libre et pressé
Sur un chemin que je ne peux hélas, qu’imaginer
Moi qui rêve à l’amour, sur mon mur, accrochée
A une douce main à ma chevelure liée

Regarde-moi un peu, lève vers moi ta tête
Et de tes pensées folles, ouvre-moi la conquête
Je suis si seule ici dans le givre et le froid
Voudrais-tu donc un peu partager mes émois ?

La femme sur le mur, murmure, murmure
Mais le vent si jaloux disperse ses mots sûrs
Et je fuis sous la bise sans prêter attention
A ses larmes de pierre qui coulent sans façon…

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour La femme sur le mur…

  1. J’aime même le titre !!!Bravo, belle dame !
    Bisousssssssssss

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s