Joyeux Noël Emilie !

Sur la porte d’Emilie, comme chaque année, une petite couronne enrubannée signale discrètement l’arrivée des fêtes. Il ne faut pas compter sur elle pour planter dans son salon un quelconque sapin déraciné ! Non ! Les sapins, c’est fait pour étendre leurs racines au dehors, dans de la bonne terre, et puis c’est tout ! Depuis quelques jours, un brouillard épais comme un chagrin, jaune et méphitique, serre la ville dans ses bras mous. Même le chat noir qui est le plus fourré du lot rase les murs frileusement et réfléchit à deux fois avant de poser sa patte dehors. Mais Emilie, elle, n ’hésite pas à descendre en chemise de nuit, si l’un de ses chats, coincés dans le jardin par un occupant d’immeuble frileux et qui aura vivement claqué la porte, miaule à fendre son cœur, pour le récupérer vivement  en lançant au passage à l’indélicat un de ses furieux regards noirs dont elle a le secret ! Gare à qui condamne les chats au froid du dehors ! La réprobation silencieuse mais ferme d’Emilie le poursuivra jusque chez lui !

Les enfants d’Emilie, ce sont ses chats justement, et je soupçonne que les sacs bien garnis qu’elle s’acharne à remonter toute seule jusqu’à son étage, contiennent plus de nourriture pour eux qu’elle ne s’en octroie à elle-même! Je me plais même à imaginer que si chaussons il y a devant son absence de cheminée, avantageusement remplacée par un robuste radiateur en fonte bien épais et contre lequel de moelleux coussins attendent, jamais longtemps, leurs heureux propriétaires, ils auront la jolie forme de petits coussinets doux et veloutés…

Je ne sais rien au fond d’Emilie, ni de ce qui habite son vieux cœur ces soirs là : nostalgie d’une enfance que je sais avoir été difficile, regret de babils enfantins qui n‘auront jamais égayé ce toit ?

Ayant humé maintes fois avec gourmandise les jolis fumets qui filtrent régulièrement sous sa porte, je me plais à imaginer qu’elle se concoctera un petit plat soigné et fameux, et n‘ai aucun doute sur le menu festif qui régalera sa tribu de locataires !

Quant à moi, comme chaque année, je poserais sur ces deux joues un petit baiser bien doux, accompagné d’une de ces jacinthes d’hiver qui diffusent si longtemps leur parfum, et qu’elle aime à replanter plus tard dans son jardin.

Joyeux Noël, Emilie !

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les Chroniques d'Emilie, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Joyeux Noël Emilie !

  1. Elle me touche de plus en plus, cette Émilie… et je partage avec elle la conviction que les sapins doivent pousser dehors et l’amour des chats

    J'aime

  2. Très jolie desir pour Emilie ! Et Joyeux Nöel pour toi et ta famille, Colette !!!
    Je t’embrasse plus fort !!!

    J'aime

  3. RvB dit :

    Mince alors, mon message n’est pas passé…
    Je ne sais plus trop ce que je disais, si ce n’est sans doute combien Emilie au travers de tes mots pouvaient me toucher, et toucher à l’essentiel ! Et vive les sapins enracinés ! 😉

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s