La femme bleue (sur le tableau Elévation de Yoël Benharrouche)

Elévation

La femme bleue cherchant en ses courbes infinies

La sagesse du monde est un rêve assis

Rondes d’oiseaux dansant en mouvements rythmés

Par la grâce du vent, la traversent et la parent

Et leurs cœurs palpitants sont de justes fanfares

Où murmure l’écho du ciel …

Le silence est entré dans les âmes tranquilles

Et la fraîcheur nacrée des heures sans nuages

Je resterais bien là baignant dans ces eaux douces

Tant me parle un silence éloquent et gracieux

Je suis la femme bleue pour un instant qui passe

Et se pose et retiens mon cœur mystérieux…

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour La femme bleue (sur le tableau Elévation de Yoël Benharrouche)

  1. Trés beau tableau et superbe poème; « la mujer azul buscando en sus curvas infinitas… », realmente precioso todo el poema.
    Bisous en bleu !!!

    J'aime

  2. rechab dit :

    La femme bleue
    Traverse notre vision,
    C’est une flamme bleue,
    En simple papiers collés,
    L’écho du ciel,
    S’y imprime,
    Dans des courbes
    Sans nuages,
    Et ses découpes,
    Ouvertes sur l’espace,
    Assemblent tracés et lignes.

    Ils se rencontrent,

    Oiseaux dansants,
    D’un rêve assis.


    RC
    ( je me réfère ici aux papiers découpés de Matisse, et en particulier « le nu bleu » )

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s