Pas vue, pas prise !

2610

Je ne regarde rien, je prends,

C’est bien plus savoureux, plus tentant

A l’heure des économies, des lésines

Des freins et des mesquineries

J e m’habille de fantaisie révulsive, intempestive

Anti dépressive et anti âneries !

Si vous saviez ce que je suis dépensière !

Tout ce que je suis coule à flots

C’est le cours furieux d’une rivière

Qui ne charrie pas que de l’eau !

Je n’ai pas d’argent et donc aucune misère

Je suis libre comme le matin levant

Son rideau blanc de scorie passagère

Et ma maison n’aime vraiment

Que vivre dans les courants d’air

Même quand il fait grand froid pourtant

Je m’habille de pensées sauvages

De rires et de mots bien sonnants

C’est ma richesse que je partage

Avec tout pauvre hère venant

Frapper la porte de mon aire

Là-haut sous les nuages blancs

Si vous saviez comme m’indiffèrent

Le cours de la vie et ses temps

Qui ne conjuguent rien au présent !

Pas vue, pas prise et pourtant

Je circule libre comme l’air

Et je danse oiseau brûlant

Quand soudain tombent les barrières

Et que mon jour devient printemps !

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Pas vue, pas prise !

  1. A mon avis tu es le printemps!!!
    Besos primaverales, chère Colette.

    J'aime

  2. ¡ah, preciosa fotografía!!!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s