Ligne d’horizon

 

Ma ligne sauvage  dessine des dentelles

Des déchirures, des encorbellements

Des mâchicoulis et des griffonnages

Elle ne fixe rien mais s’étend

J’aime sa couleur caméléonne

Ses arcs-en –ciel  de forêts et d’étangs

Sur lesquels la nuit se couche

Longue panthère embusquée

Là où mon regard se tend

Eperdu de vie et de rêve

Il n’y a jamais de couchant

Mais toujours un jour qui se lève

Et si parfois je suis sereine

Debout sur mon fil si fin

Qu’à peine une brise le malmène

C‘est que je sais l’appel du vent

Le cri du feu, les étincelles

Et la lente folie des cœurs

Qui est à mes sens un diamant

A ma raison une tutelle

Et à mon corps un chant violent.

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Ligne d’horizon

  1. Un magnifique texte pour une belle écrivaine. Bravo !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s