Le soleil d’Eros

Un rayon de soleil taquin est entré dans mon jardin

Dorant sur mes épaules blondes ses elliptiques ondes

Et tirant loin de la pénombre mon regard noir et fatigué

Impossible de travailler tant le coquin se fait complice

De mon corps qui rêve aux délices d’un Eros bien débridé

Alors que ma raison se tisse mille raisons assaisonnées

De molles obligations complices d’un labeur très acharné !

Mais j’entends par la fenêtre le murmure érotique et doux

De la rue qui se fait supplice dans son éclat d’or jaloux

Tant l’éclaboussent des rayons pimpants joyeux et fripons

Me parlent d’amour de caresses, de volupté et d’abandon

Serais-je dure et insensible à ce charmant et chaud ronron ?

Ou bien céderais-je bien vite aux caprices de cet amant chaud

Devant qui l’hiver s’éclipse et se délite aussitôt ?

Je préfère secrète et mutine vous laisser peser la question

Et deviner sans vices ni malices où iront donc  mes tentations

Donnez donc votre langue au chat messires et dames sans abois

Il ne vous répondra certes pas mais votre langue, il gardera !

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s