Pas le temps

 

Pas le temps de penser, juste quelques mots posés

Sur l’écran noir de mon portable usé

Avant, c’était la nuit et dans son grand silence

L’alliage de nos voix palliait ces absences

La voix tu sais, ça fait tant voyager

Que parfois il en naît des lacs et des forêts

Et les décors couchés de tous ces lieux cachés

Où l’on voulait tant aller…

Mais tu n’as pas le temps et la fatigue ruse

Avec ton âme qui a envie d’ailleurs

Mais qui se tait…

Je préfère ce silence à de faux mots posés

Comme on ment aux enfants

Quand on veut les tromper

Sur notre indifférence et sur nos choix posés

Où ils n‘ont pas la place qu’ils ont tant souhaitée

A la prison du cœur s’oppose la liberté…

Aux illusions, aux peurs, la nue réalité…

J’ai fermé mon portable et son écran de fumée

Jeté sur ma table, avec mes souliers

Maintenant je marche seule dans les rues et les champs

Mais je te veux vainqueur de mes grands sentiments

Et comme un général acceptant sa défaite

Devant ton temps précieux je retire ma conquête

Mon temps à moi n’a pas d’horloge ni de trompettes

Il passe à l’aune de mon cœur et s’il se perd

Je m’en moque !

 

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Pas le temps

  1. L’esprit Phédrianesque!!! Bravo. J’aime beaucoup!
    Merci pour le partager!
    Bibis.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s