Coin de table …fantaisie phedrienne énième du nom

Ma table n’a pas de coin, elle est ronde comme une terre

Table ronde des chevalières du mot et des ambages

Y trouver juste un angle relève du défi, mais c’est ainsi

J’aime les cercles autant que les infinis

Rond tournant en boucle sur lui-même

Serpent qui se mord la queue

Partout le symbole est le même

Mais moi dans mon cercle de feu

Sur ma table blanche où traînent

Toujours quelques livres ouverts

Et quelques plantes aussi mal peignées que moi

Je pose en petits tas mes égarements

Mon système nerveux malmené, mes petits tourments

Quelques rêves épouvantés et mes envies de chocolat

Et la nostalgie du soleil se levant sur les prés

Ma table est blanche comme la neige

C’est une banquise indomptée

Ou encore une mer de crème

Où mettre une cuiller gourmande

Quand je danse autour d’elle

Aussi nue que la faim existe

Juste pour qu’avec moi tournent les idées folles

Et la poésie simple des matins crus

A l’heure où l’aurore joue sur ma fenêtre

Comme un chiot perdu

C’est le monde alors qui tourne sur lui-même

Et je ris à la vie, à son absurde ellipse

Et ma planète est cette table

Devenue place des délices…

 

 

Publicités

A propos Phédrienne

Je suis ce que j'écris, ce que je vis, et réciproquement, cela suffit sans doute à me connaître un peu :)
Cet article, publié dans Les poésies de Colette, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s